Première séance du séminaire Junior de l’équipe Transpositions, 30 janvier 2014 : “Qu’est-ce que la littérature comparée aujourd’hui?”

header

Séminaire doctorants et jeunes chercheurs de l’équipe Transpositions

Première séance, 30 janvier 2014 :

Qu’est-ce que la littérature comparée ?

 

Chacun d’entre nous a déjà été confrontés à la difficulté de devoir définir la littérature comparée devant des étudiants, mais aussi dans un contexte informel, et a constaté que toutes les tentatives de résumer en deux phrases la méthodologie de notre recherche rendaient souvent la perception d’autrui encore plus troublée qu’au départ. À l’orée de cette réflexion commune entre jeunes chercheurs, je voudrais revenir sur cette formule si problématique de « littérature générale et comparée » : je voudrais prendre au sérieux chacun de ces termes de cette formule que l’on critique si souvent, mais à laquelle on n’a guère trouvé de remplaçant plus précis ou plus consensuel ; mais pour autant, il s’agit de ne pas dissimuler en quoi ces termes posent problème pour nous, à cause de leur polysémie intrinsèque ou d’une évolution de la discipline qui brouille aujourd’hui leur signification première. L’étude de littérature, comparée et générale recouperont ainsi des considérations historiques et géographiques qui contribuent à mieux cerner le panorama de la littérature comparée actuelle.

« Littérature » ? Que fait la comparée aux lettres et pourquoi ?

La littérature comparée est une manière d’étudier la littérature, mais elle n’est pas la seule : il faut donc définir la spécificité de la démarche pour la légitimer. Ainsi, le premier problème auquel on se trouve confronté est d’abord est un problème de description : la littérature comparée se caractérise par une approche croisée, elle constitue un carrefour entre plusieurs disciplines (études littéraires, histoire, philosophie, linguistique, anthropologie, communication, sociologie, etc.), plusieurs arts (peinture, sculpture, danse, musique, médias de masse et médias interactifs), plusieurs aires culturelles et plusieurs époques (si la littérature comparée a joué un rôle à l’époque romantique dans la définition des littératures nationales, c’est parce qu’elle en propose une appréhension différentielle qui fait ressortir les singularités de chaque objet). On peut décrire ce phénomène en disant que la littérature comparée s’intéresse aux œuvres littéraires dans une perspective transhistorique, interculturelle, transdisciplinaire et intermédiale. Mais cette description ne donne-t-elle pas une vision trop statique de la discipline, et même peut-être une perception fausse de la valeur de la comparaison ? Il ne s’agit en effet pas de comparer des littératures per se, mais de questionner la littérature au sens large en construisant un champ d’analyse constitué d’œuvres sélectionnées et d’approches méthodologiques particulières : la littérature comparée comme discipline repose donc sur la légitimité des sujets qu’elle constitue elle-même. Ni son objet ni son champ d’analyse ne sont donnés a priori, et leur légitimité peut évoluer dans le temps et dans l’espace : on pense au fait que les études de réception, qui constituait une branche majeure des études comparatives en littéraire, sont aujourd’hui presque entièrement tombées en désuétude, ou encore au fait que certains objets ou périodes, comme le romantisme, qui semblent pour certains se rapporter à une autre époque des études comparatives.

De là émerge le second problème, celui de la légitimation de la littérature comparée. D’un point de vue interne, on voit que l’approche descriptive de la littérature comparée risque de dissoudre le geste comparatiste dans la multiplicité de ses possibles et dans l’étendue de son champ d’action. Mais d’un point de vue externe, on est aussi confronté au dilemme de la constitution de la littérature comparée comme une discipline autonome, notamment par rapport aux autres disciplines. La naissance de la littérature comparée s’inscrit en effet dans un mouvement général de comparaison à la fin du XVIIIe siècle, où l’on voit se multiplier les ouvrages de comparaison, en sciences comme en philosophie morale ; pendant ce temps, le goût croissant des voyages donne l’occasion de conjuguer désir d’érudition et soif de l’exotisme en allant voir ailleurs si tous les systèmes humains ressemblent au nôtre. Je donne quelques exemples de ce mouvement, empruntés à la préface du premier numéro de la Revue de littérature comparée en 1921 : Fernand Baldensperger y renvoie à la « comparaison » revendiquée par le Journal étranger de 1760 ou par l’Année littéraire de 1754, et qui devient presque une méthode dans le Journal des Savants de septembre 1749  (« Cette comparaison procure toujours de grands avantages… »). Il cite aussi l’« Étude comparée » de Garât, dans le Mercure de France de février 1780, qui propose le programme suivant : « Une étude comparée des écrivains dont s’honorent les nations qui ont une littérature est sans doute ce qu’il y a de plus propre à féconder et à multiplier les talents… ». Même Laharpe et Marmontel, pourtant partisans d’une approche très normative, n’hésitent pas à faire appel à la comparaison, à tel point que Mme de Staël et Benjamin Constant renoncent par réaction à utiliser ce terme que sa présence accrue dans l’air du temps semble avoir déjà contribué à galvauder : traduisant la brochure de 1807 d’August Wilhelm Schlegel, Comparaison entre la Phèdre de Racine et celle d’Euripide, Mme de Staël rend le substantif par un simple verbe d’action, vidant en quelque sorte le geste de sa substance et le réduisant à un statut plus contingent. Mais précisément, ce climat de comparaison n’est pas uniquement littéraire : on trouve en 1802 une Mythologie comparée avec l’histoire de l’abbé Tressan, une Histoire comparée des systèmes de philosophie de Degérando en 1804, une Érotique comparée de Villers, en 1806, un Cours de peinture et de littérature comparées de Sobry en 1810 et, en 1814, un « examen comparatif » de l’abbé Scoppa. Mais quand on regarde ces titres, on est frappé par le fait que ni l’histoire, ni la philosophie ne possèdent de discipline se consacrant uniquement à la comparaison – on considère parfois qu’il existe une discipline des « religions comparées » ou du « droit comparé », mais elles n’ont plus, ou n’ont jamais eu, d’existence académique, alors que la littérature comparée était souvent, jusqu’à une période récente, enseignée dans un département indépendant dans les UFR de lettres. En général, le geste qui consiste à dégager des traits transversaux est plutôt associé à un courant idéologique ou méthodologique – par exemple le structuralisme – qu’à l’existence d’une matière, ici la littérature, qui requerrait spécifiquement une approche comparatiste, en parallèle de questionnements historiques ou monographiques.

Ce double problème initial, celui de la définition du geste comparée et celui de la légitimation de la discipline, explique sans doute ce que l’on peut ordinairement considérer comme un paradoxe pour notre domaine, à savoir qu’il se vit à la fois dans une diversité des sujets possibles et dans un fort mouvement de constitution en tant que champs. D’un côté, le récent congrès de l’AILC à l’été 2013 propose des ateliers qui couvrent virtuellement toute la littérature et la pensée, tous les questionnements qui y sont rattachés, y compris celui que nous menons ici, l’interrogation sur la constitution théorique du paradigme comparatiste : « Affronter l’ancien », « Traduction, traductologie », « Plurilinguismes », « Transcontinentales », « Théories et pratiques comparatistes », « Mondial », « Littérature et arts, intermédialité », « La littérature et le numérique », « Littérature et sciences », « Littérature et sciences humaines », « Littérature et territoires » – tous les comparatistes se reconnaîtront dans au moins un de ces titres, mais on pourrait aussi les appliquer aux recherches de beaucoup de collègues francisants ou linguistes ! D’un autre côté, ces sujets divers sont constitués en objets d’étude à l’intérieur de champs dont les présupposés théoriques sont clairement établis et dont la démarche se démarque de ce qui se fait parfois juste à côté (ainsi, on observe que l’axe « Transcontinentales » se sépare de l’axe « Mondial », inspiré par les récents débats sur la world literature) ; dans le même esprit, on observe actuellement une accentuation de la cartographie de la discipline en champs structurés par des grandes questions plutôt que par des aires culturelles ou linguistiques : ce changement est frappant dans les profils de poste comparatistes qui sont chaque année mis au concours, et qui dévoilent qu’on recherche désormais moins un comparatiste spécialiste du théâtre espagnol, de l’épopée antique ou du roman américain contemporain qu’un chercheur s’intéressant à l’axe « littérature et savoirs » ou « traduction et traductologie », que ses talents s’exercent en chinois, en portugais du Brésil ou en anglais. Cette dynamique des « champs » suggère bien que la littérature comparée ne compare pas n’importe quoi, et pas n’importe comment, mais suppose aussi qu’il n’y a pas d’essentialisation du geste comparatiste : on est davantage dans un paradigme pluriel qui autoriserait à parler de « littératures comparées », comme c’était souvent le cas à l’origine de la discipline.

« Comparée » ? La stabilisation progressive d’un vocable problématique

Mais, dans tous les champs qu’elle occupe, l’approche qui est la nôtre se caractérise comme un domaine spécifique des études littéraires, qui met au centre la notion de comparaison : faudrait-il renoncer à définir le pivot de notre discipline, que l’on abrège si souvent en comparée ? En réalité, cette dynamique très concrète de constitution en champs se double d’une authentique entreprise théorique, qui se penche pour la première fois sur les questions d’historicisation et de territorialisation de la méthodologie comparatiste, restée jusque là, à de rares exceptions, des impensés1. Dans le cas français par exemple, un retour aux origines du comparatisme nous renseigne non seulement sur le contexte de formation de la littérature comparée, mais il met en perspective notre pratique actuelle de manière décisive. En effet, on observe que le terme naît en France précisément à une époque d’avant la spécialisation des disciplines : le grand moment comparatiste en contexte académique est constitué par l’enseignement conjoint au Collège de France de Jules Michelet en littérature française, Edgar Quinet en histoire et Adam Mickiewicz en littératures slaves dans la décennie 1830 – il ne s’agit pas directement d’une pratique comparatiste, puisque chacun enseigne sa propre matière ; pourtant, on voit bien que le projet comparatiste s’élabore dans le rêve d’une communication possible de discipline à discipline, et d’un dialogue de chercheur à chercheur. Mais cet espoir, possible à une époque de faible spécialisation disciplinaire, s’évanouit en France à l’époque de la IIIe République, où l’organisation des savoirs en disciplines académiques relègue la littérature comparée à un no man’s land disciplinaire : or, si dès cette époque, la spécialisation croissante des disciplines académiques apparaît comme un frein aux perspectives comparées, on peut évidemment se demander ce qu’il en est aujourd’hui, à l’époque où cette ségrégation disciplinaire s’est encore nettement accrue – et où, même si de facto le paradigme « littérature et sciences » s’est largement développé chez les littéraires, le spécialiste de sciences dures semble a priori pouvoir difficilement dialoguer avec le chercheur en littérature comme Quinet avec Michelet.

En effet, le début du XIXe siècle ne représente pas seulement l’origine symbolique de la discipline, elle correspond aussi à la formation du vocable « littérature comparée », qui s’impose véritablement dans la décennie 1830, pour désigner en général une nouvelle manière d’envisager l’histoire littéraire en dépassant les frontières nationales. Noël et Laplace commencent à publier leur Cours de Littérature comparée en 1816, mais l’usage de « littérature comparée » ou de ses variantes se généralise à partir de 1830 : la préface mise par Villemain en tête de son Tableau du XVIIIe siècle (cours de 1827 et 1828) parle d’une « étude de littérature comparée » ; Jean-Jacques Ampère, dans sa leçon d’ouverture de l’Athénée de Marseille (1830), prévoit « l’histoire comparative des arts et de la littérature chez tous les peuples » dont doit sortir la philosophie de la littérature et des arts. Il ajoute, à la Sorbonne, en 1832 : « Nous la ferons. Messieurs, cette étude comparative, sans laquelle l’histoire littéraire n’est pas complète… ». Enfin, dans l’avant-propos de Littérature et voyages, J.-J. Ampère observe que tous ses travaux se rapportent à l’histoire des littératures comparées (1833) ; il utilisera le terme dans son discours de réception à l’Académie en 1848. Fernand Baldensperger note que c’est aussi en 1833 que le Bulletin des sciences historiques ouvre une rubrique courante pour la Philologie comparative [Vergleichende Sprachkunde]. Deux ans plus tard, c’est Philarète Chasles qui, prononçant à l’Athénée, le 17 janvier 1836, sa leçon d’ouverture, souligne toute l’ambiguïté de la formule choisie de « Littérature étrangère comparée », qu’il se trouve néanmoins contraint de reprendre : « Ce titre, le seul qui m’ait semblé convenable, manque de justesse sous plusieurs rapports. » – où l’on voit que le débat terminologique et l’inconfort des spécialistes eux-mêmes ne datent pas d’hier. Chaudes-Aiguës, dans ses Écrivains modernes de la France, en 1841, change d’ailleurs la formule en « l’histoire des littératures comparées » pour parler des leçons de Chasles ; Villemain et Puibusque, en 1842 et 1843, parlent de « l’histoire comparée des littératures ». Benloew offre à Dijon en 1849 une « Introduction à l’histoire comparée des littératures ». A. Duquesnel, en 1846, donne comme sous-titre à son Histoire des lettres « cours de littératures comparées ». Delatouche publie en 1859 un Cours de littérature comparée, et Zola, le 18 juillet 1861, propose à son ami Baille : « de l’histoire comparée des littératures, déduire d’après quelle loi se manifeste le grand poète… ». Lorsque Sainte-Beuve utilise le terme raccourci, dans une étude sur J.-J. Ampère publiée en tête de la Revue des Deux Mondes du V septembre 1868 (Nouveaux Lundis, tome XIII), il prend bien acte de la naissance d’une discipline à part entière, présente dans les journaux, les ouvrages d’histoire littéraire, les cours publics. C’est donc au second tiers du XIXe siècle que l’on doit la stabilisation du terme « littérature comparée », qui est d’emblée considéré comme un vocable labile et ambigu, mais nécessaire pour définir une nouvelle ambition intellectuelle. Or, cette ambition est sinon abandonnée, du moins marginalisée en France vers les années 1870 : on constate de facto que cela correspond à l’institutionnalisation de l’histoire littéraire à l’université, par opposition à une pratique plus libre des critiques dans la presse, ainsi que l’a montré Antoine Compagnon dans la Troisième République des lettres : or, là où les critiques professionnels mais non-fonctionnaires pouvaient se permettre de grands tableaux comparatifs, ce n’est plus le cas d’un Lanson qui fait de l’histoire littéraire à destination des petits Français, mais qui fait surtout de l’histoire littéraire une discipline institutionnalisée à l’Université. La présence académique de l’histoire de la littérature est donc acheté au prix d’un élagage des paradigmes pluriels qui dominaient l’étude des lettres avant 1870 : l’« épreuve de l’étranger » (on a remarqué que le terme « étranger » était souvent associé à la comparaison dans les intitulés de cours ou d’ouvrages cités plus haut) cède la place au panthéon des grands auteurs nationaux et à l’étude du style classique français.

La tension entre le projet comparatiste et son ancrage académique n’est pas partout de cet ordre : dans le monde germanophone par exemple, la littérature comparée est depuis longtemps rattachée aux départements de Romanistik. Cet ancrage dans le champ des études romanes montrent bien l’enjeu disciplinaire propre de la discipline dans cet espace géographique particulier : le comparatisme serait bien, pour reprendre la formule d’Antoine Berman empruntée elle-même à Hölderlin, l’épreuve de l’étranger, une manière d’enrichir sa propre pratique en la comparant à ce qui se fait ailleurs ; mais il s’agirait aussi de dégager un noyau commun, repérable dans les actualisations variées d’une commune conscience européenne, pour reprendre le titre d’un ouvrage célèbre de Paul Hazard, co-fondateur de la Revue de littérature comparée. Ainsi, les premières « épreuves de l’étranger » se font seulement à l’échelle de la littérature européenne et s’articulent à une volonté humaniste de retrouver des similitudes à travers les idiosyncrasies nationales. Il me semble qu’il y a à ce titre une certaine ambiguïté à rapprocher d’un côté la Weltliteratur de Goethe, qui suppose que l’on peut retrouver dans toute grand production de l’esprit humain un fonds commun d’intelligence et de beauté mais qui s’ancre nettement dans la diffusion de la culture classique et du modèle humaniste de l’érudit et de l’écrivain, et de l’autre ce que l’on appelle aujourd’hui la world literature, qui repose sur une dissolution des systèmes hiérarchisés de la valeur littéraire et affirme que toute littérature nationale est légitime, y compris quand elle ne reflète pas le paradigme culturel européen des dead white men. Ceci nous conduit à nous interroger sur le caractère de généralité de la discipline, à la fois parce que le doute se lève sur l’unité transnationale des pratiques comparatistes et que, dans la distinction entre ces traditions idiosyncrasiques, l’école anglo-saxonne en particulier accorde au geste comparatiste une très grande capacité généralisante.

« Générale » ? L’apparition de lignes de faille territoriales

Ainsi, la perspective historique met au jour un autre fossé entre l’ambition comparatiste originelle et la pratique contemporaine des chercheurs comparatistes, et fait apparaître une autre ligne de faille, géographique celle-là, qui nous engage à penser la pratique de la littérature comparée en termes de traditions intellectuelles nationales et peut-être même de territorialisation. Il s’agit d’un enjeu décisif car tout bon comparatiste sait que le plus difficile n’est pas de changer de langue pour avoir accès au texte étranger, mais de changer de regard et d’adopter sur le texte le regard qu’un étranger pourrait avoir. Or, cette question des héritages théoriques nationaux de la littérature comparée n’est que peu prise en compte dans le domaine français – par exemple, personne ne parle du fait que plusieurs grands noms de la littérature comparée en français sont des Suisses comme Albert Béguin ou des Belges comme Paul van Thieghem : leurs travaux sur le romantisme sont traversés par l’idée de la Romanistik – encore aujourd’hui, la littérature comparée est enseignée dans les universités suisses et belges dans les départements de romanistique. Quant à Fernand Baldensperger, il a participé à la création du cours universitaire de Davos entre 1928 et 1931, signe qu’il s’inspire lui aussi du modèle germanique du dialogue entre des littératures européennes qui ne forment au fond qu’une seule culture d’Europe. Si on continue d’admirer aujourd’hui le projet humaniste et pédagogique au cœur de ce programme, on doit nécessairement se demander si ces outils sont toujours opératoires pour penser la littérature à l’ère mondialisée, où l’étranger est vraiment un étranger, et où l’ambition « générale » de la comparaison ne relève pas de la constitution d’un espace commun et partagé sur un continent unique, mais de l’intelligibilité possible de la littérature au sein d’entités éclatées à l’échelle du globe.

Au-delà de la différence historique, il y aurait donc une différence territoriale entre la littérature comparée de tradition franco-germanique et la tradition anglo-saxonne. On remarque que, paradoxalement, cette dernière préfère à la formule institutionnelle française « littérature générale et comparée » la réduction fréquente en « littérature comparée » : pourtant, sa pratique légitime a posteriori l’usage français qui adjoint le terme « général », puisque l’un des traits distinctifs de la littérature comparée anglo-saxonne est son caractère profondément spéculatif, où l’on cherche à s’abstraire des spécificités singulières pour dégager des traits généraux et théoriques – on remarquera d’ailleurs que les grands théoriciens américains de la dernière génération, Edward Said, Gayatri Spivak ou Judith Butler, sont tous des professeurs de littérature comparée. L’autre spécificité de cette sphère, qui me paraît très peu assimilable à la tradition européenne, est l’élargissement du champ des études possibles sous l’influence des cultural studies, qui supposent que tout objet présent dans une civilisation, même dévalorisé et marginalisé, est un signe de culture humaine : cela justifie par exemple que l’on étudie les noms que se donnent les restaurants indiens au Royaume-Uni, cherchant à échapper à une forme brutale de domination coloniale exprimée dans la formule to throw up a curry en choisissant d’afficher en devanture le nom d’un outil traditionnel de la culture culinaire indienne, le tandoori. L’exemple canonique de l’approche des cultural studies est intéressant car il montre que tout est culture et que la culture est partout, y compris dans les espaces postcoloniaux, où toute résistance au modèle européen est considéré comme un objet d’intérêt – ce qui me fait dire qu’on est bien loin du modèle goethéen. Mais dans les lettres, par contre-coup, de nouveaux objets et de nouvelles interfaces se retrouvent promus – l’exemple qui m’a le plus frappée dernièrement est l’existence d’un champ des porn studies aux États-Unis qui étudie la diffusion du modèle pornographique au croisement entre cultures visuelle et imprimée : on se situe dans un corpus qui sollicite par essence un geste comparatiste. L’attrait pour toutes les formes de marginalité et d’avant-gardes esthétiques constitue évidemment un nouveau vivier d’objets d’études, mais il rend la définition de la discipline d’autant plus complexe.

Nous, jeunes chercheurs en littérature comparée, nous héritons de cette difficulté, le croisement entre des traditions historiques et géographiques différentes, et de cette chance d’avoir encore la charge de définir notre propre discipline. Pour amorcer la discussion, je propose une question en lien avec cet exposé : puisque la définition de littérature comparée n’est pas épuisée par la propre formule qui la désigne habituellement, quel nom donneriez-vous à la discipline en général, ou à votre pratique comparatiste en particulier ?

Victoire Feuillebois

Séminaire des doctorants et jeunes chercheurs de Transpositions

Séance d’introduction, 30 janvier 2014

La littérature comparée : quelles définitions ?

Littérature comparée et heuristique

“Ce n’est que par une comparaison que nous connaissons précisément la vérité […]. Toute connaissance qui ne s’obtient pas par l’intuition simple et pure d’une chose isolée, s’obtient par la comparaison de deux ou plusieurs choses entre elles. Et presque tout le travail de la raison humaine consiste sans doute à rendre cette opération possible” René Descartes, Regulae ad directionem ingenii (1684)

“Any two texts can be compared, but a comparison works when there is a sufficient basis for comparison; that is, a strong number of similarities, which allow us to isolate particular striking, revealing, informing, epiphanic and ultimately untranslatable differences. […] These untranslatable differences which are the product of language, culture, history and environment as well as the semi-autonomous evolution of art forms and the talents and experiences of individual artists invariably pronounce themselves in what is called style.” Gregory Reid, “A Prolegomenon to Comparative Drama in Canada : In Defense of Binary Studies” (2005)

Littérature comparée et espace commun de l’Europe

“L’étude comparative des littératures. Relations des diverses littératures entre elles, actions et réactions simultanées ou successives, influences sociales, esthétiques ou morales qui dérivent du croisement des races et du libre échange des idées” Joseph Texte, Études de Littérature européenne (1898)

“La Première Guerre mondiale a mis au jour la crise de la culture européenne. Comment des cultures, et les entités historiques qui sont leur expression, naissent, croissent et dégénèrent ? Seule une morphologie comparative des cultures avec des procédures exactes peut espérer répondre à ces questions… Pour qu’un royaume de l’esprit puisse exister, il faut maintenir une communauté de grands auteurs qui traversent les siècles. Mais elle ne peut être qu’une communauté d’esprits créateurs. C’est une nouvelle forme de sélection – un canon si vous le souhaitez, mais forgé uniquement autour de l’idée de beauté, dont nous savons que les formes changent et se renouvellent.” Ernst Robert Curtius, La Littérature européenne et le Moyen Âge latin (1953)

Littérature comparée et globalisation

 “The premises and protocols characteristic of [comparative literature] are now the daily currency of coursework, publishing, hiring, and coffee-shop discussion. […] The ‘transnational’ dimension of literature and culture is universally recognized even by the specialists who not long ago suspected comparatists of dilettantism. […] Comparative teaching and reading take institutional form in an ever-lengthening list of places. […] Comparative literature now is the first violin that sets the tone for the rest of the orchestra. Our conclusions have become other people’s assumptions.” Haun Saussy, Comparative Literature in an Age of Globalization (2006)

“A rigorous definition of comparative literature should always include the study of texts across languages; this multilingual aspect can only become more crucial to distinguishing comparative literature as national literature departments also develop greater emphases on postcolonial and interdisciplinary studies. In the new Millennium, I hope we will pursue the study of Weltiliteratur in the spirit of Goethe, albeit in ways he could never have imagined: challenging a world order that is already very different from the one his ideas subverted by helping to bring about a cosmopolitan community in which national, disciplinary, and linguistic demarcations may become less rigid.”  April Alliston, “Looking Backward, Looking Forward: MLA Members Speak.” PMLA. 115, no. 7 (December 2000): 1987.

Littérature comparée et humanisme


“C’est à mon sens la préparation d’un nouvel humanisme qui résulterait surtout d’une pratique étendue de la littérature comparée, au lendemain de la crise qui nous domine encore : une sorte d’arbitrage, de clearing, à quoi aboutirait l’effort du « comparatisme », ouvrirait la voie à des certitudes nouvelles, humaines, vitales, civilisatrices, où pourrait à nouveau se reposer le siècle où nous sommes.

 

Et pourquoi pas? La littérature comparée a d’abord aidé les dogmatismes post-classiques à se dissoudre et les points de vue nationaux à se définir. Plus tard, l’idée de la relativité du beau, grâce à elle, s’est armée d’arguments efficaces. Puis les nationalismes littéraires, qu’elle avait contribué à former, ont été contraints par elle d’avouer mainte analogie et maint élément commun, plus d’une dette imperceptible et d’un secret contact. Est-il absurde d’espérer que, sans verser dans les chimères les plus périlleuses, la littérature comparée contribuera à définir et les limites et les apports essentiels de ce qui mettrait encore une fois d’accord — comme jadis le patrimoine antique — les sensibilités et les tendances de l’humanité éclairée? Savoir jusqu’où va, dans des consciences étrangères représentées par leur littérature, la fortune d’une idée ou d’un sentiment; constater où s’arrête l’incrédulité voltairienne, l’appel au surhomme, le mysticisme tolstoïen, telle forme de comique, telle nuance de pathétique, telle audace d’expression; totaliser les adhésions et supputer les discrédits, noter les mutations de valeur par lesquelles un livre, réputé attique chez les uns, est rejeté pour son byzantinisme par les autres, alors qu’une œuvre dédaignée ici est acclamée là : autant de précisions qui permettraient, mieux que certains apostolats, de fournir à l’humanité disloquée un fonds moins précaire de valeurs communes.

 

Le champ est immense et la moisson s’étend à perte d’horizon; ce n’est pas trop, pour espérer recueillir les gerbes les plus riches, de l’effort commun de toutes les bonnes volontés.“ Fernand Baldenspeger, « Le Mot et la Chose », introduction au premier numéro de la Revue de littérature comparée (1921)

 

“Comparative Literature is the study of literature beyond the confines of one particular country, and the study of the relationships between literature on one hand and other areas of knowledge and belief, such as the arts (e.g. painting, sculpture, architecture, music), philosophy, history, the social sciences, (e.g. politics, economics, sociology), the sciences, religion, etc., on the other. In brief it is the comparison of one literature with another or others, and the comparison of literature with other spheres of human expression.” Henry Remak, Comparative Literature: Method and Perspective (1961)

“Underscoring the importance of language, literature, and culture, it can help us better explore our past imaginations of the human condition and engage more fully with the wide range of arts and traditions that now imagine the world in such diverse and sometimes surprising ways. Firmly embraced and energetically taught, such a humanities may well contribute to a new sort of global consciousness, one that would bring a keener sensitivity to the languages, cultures, and peoples of our polyglot planet and begin to draw us all into a broader, more responsive conversation.
To prompt such a humanities, no fields are better suited, it seems to me, than comparative literature and translation. Each is by its very nature transnational and interdisciplinary, and together they suggest a particularly full immersion in the energies of our times. […]
Comparative literature regularly joins literary texts from different languages and cultures. It also regularly connects, say, a poem with dance, a film with the novel, photography with the essay. It even relates different disciplinary languages and modes of thinking.”
Sandra Bermann, “Working in the And Zone: Comparative Literature and Translation,” Comparative Literature 61, no. 4 (2009):432-446 

1Au Royaume-Uni doit être publiée la première histoire des pratiques comparatistes définies à la fois dans leurs spécificités nationales et dans leur inscription dans un champ théorique transversal (Joep Leerssen and Elinor Shaffer, Comparative Literature in Britain: National Identities, Transnational Dynamics 1800- 2000, Oxford, Legenda, à paraître en 2014).

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.